Au total, une vingtaine de hauts fonctionnaires argentins seront jugés pour crimes contre l’humanité par trois juges du Tribunal fédéral N.1 de Buenos Aires.

Entre 1975 et le début des années 1980, le Plan Condor (ou Opération Condor) a permis aux gouvernements d’Argentine, du Chili, du Paraguay, d’Uruguay, de Bolivie et du Brésil d’échanger des informations afin de faire enlever ou supprimer des opposants réfugiés dans un de ces pays.

C’est le premier procès focalisé sur le Plan Condor, souligne Carolina Varsky, avocate de victimes argentines et uruguayennes, qui espère que le tribunal pourra mettre en évidence «le soutien des Etats-Unis» au Plan Condor. via | Amérique latine

.

 

About these ads