Hugo Chavez «lutte pour sa vie», a affirmé jeudi le dauphin de l’homme fort du Venezuela, le vice-président Nicolas Maduro. Or, les habitants du Venezuela, eux, commencent à se faire à l’idée d’un pays sans Chavez. S’ils sont divisés au sujet de la succession de leur leader, ils s’entendent pour dire que les défis du prochain président seront substantiels.

Dans le quartier Chacao, en plein centre de l’avenue Arturo Michelena, la chaîne en métal qui relie une quarantaine d’étudiants s’allonge de jour en jour, au fur et à mesure que s’ajoutent des manifestants.

Les partisans de l’opposition, qui ont pour la plupart appuyé le candidat défait Henrique Capriles lors des dernières élections présidentielles, réclament depuis mercredi qu’on mette fin au mystère entourant leur président.

«Nous vivons un gros mensonge en ce moment et nous allons rester ici jusqu’à ce qu’on nous dise la vérité», lance Vanessa Eisie. | Amérique latine

.

 

About these ads